Blog - Qu'est-ce qu'on bon ou un mauvais call ?

Par Bandecdc
le 30 janv 2018 à 20:53
Tags : range  pot  cote  call  bluff 

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, ça n'a rien à voir avec le fait de gagner ou perdre le coup à l'instant T. Un bon call n'est pas forcément un call gagnant et vice versa.

On peut faire un call qui gagne, mais sur un coup où l'adversaire bluff tellement peu souvent que ça le rend catastrophique sur le long terme. A l'inverse, on peut faire un call tout à fait évident et run dans la nuts absolu une fois de l'an.

Le bon call, c'est quand on a estimé correctement que les mains que l'on bat (les bluffs et les value-cut, c'est à dire les mains croyant être en value qui ne le sont pas) sont suffisamment nombreuses par rapport aux mains qui nous battent, comparativement à la cote du pot.

Le mauvais call, c'est quand on surestime ses chances de gagner, toujours comparativement à la cote du pot, et qu'on va réaliser trop de calls perdants sur le long terme dans ce type de spot.

Exemple pratique extrême que vous connaissez déjà peut-être :


20k à ajouter dans 67k à la river, Vanessa a besoin de gagner 23% du temps et elle a full max. La range de Gaelle contient un et un seul combo de value (le dernier 77) et aucun bluff (AUCUN !!).

Mais Selbst, qui a parfaitement compris ça, estime que A7hh (le dernier combo de full inférieur crédible) pourrait se value cut une partie du temps. Si Baumann reshove A7hh 1 fois sur 2 et le just call une fois sur 2, Selbst gagnera 1 fois sur 4, ce qui suffit à rendre son call gagnant.

Évidemment, sur le main event ça fait chier de se dire "lol je vais bust 75% du temps dans le meilleur des cas", mais les meilleurs joueurs cherchent à jouer toujours le meilleur coup.

Tout son temps de réflexion consiste à estimer avec le plus de précision possible le pourcentage du temps que son adversaire relance A7hh. Et c'est bien ça la vraie réflexion à avoir : pour savoir si c'était un bon call, il faudra demander à Gaelle sa range de reshove river.

Contre un adversaire qui reshove 75ss pour full inférieur, bien sûr ça aurait été un snap call. Quand on voit que quand elle réfléchit et demande ce qu'elle pense qu'elle a, son voisin lui demande "flush ?", on comprend que contre eux, l'analyse n'est pas allé aussi loin.

Autre exemple, d'un mauvais call cette fois, qui illustre bien mon propos du jour (même si j'ai du aller chercher une main qui date de l'époque où le poker n'était pas aussi technique que maintenant) :



Dans ce spot, Dwan call avec 95s sur un board 377rKQ (??) le bet très cher (quasi pot) de Negreanu. Sa réflexion est la suivante : Daniel est polarisé sur un draw raté ou nuts.

5 Arguments vont à l'encontre de ce raisonnement :

1) La cote du pot est très mauvaise, Tom doit gagner 30.7% et doit donc trouver autant de bluffs dans la range de Daniel. Pas évident.
2) Les seuls draw ratés sont 45s et 56s, soit 8 combinaisons maximum. On peut aussi réfléchir à ajouter 45o et 56o, mais Daniel a quand même payé un raise 4x la blinde depuis la SB, donc j'y crois pas trop, même pour une main de 2012.
3) Il possède lui-même un 5 dans sa main, carte qu'il aimerait énormément voir chez son adversaire. A cause de ce 5, 45hh et 65hh ne sont plus possibles. Cela réduit de 25% les bluffs possibles de Daniel.
4) Dwan est parti du principe que Daniel était polarisé full/draw raté, ce qui aurait eu comme avantage de diminuer drastiquement les combos de value de son adversaire. Le fait qu'il value bet un simple Kx montre à quel point il avait tord. La range de Daniel comporte beaucoup, beaucoup plus de value bet que prévu.
5) Avec hauteur 9, Dwan ne bat même pas tous les bluffs adverses. C'est à dire que même si Daniel avait voulu tenter un move avec T9 qu'il aurait reverse float et bluffé river, il aurait annoncé "ten high" et Dwan aurait du répondre "you're good". Fou rire annoncé !

Je conclus ce petit post par un exemple tiré d'une de mes parties : http://www.pokerhandreplays.com/view.php/id/8694756


Dans ce spot où je joue 88 passivement hors de position sur un board Q74rKQ, je décide de value bet thin à la river, c'est à dire que je vise les 7x, les 4x et les hauteurs as qui voudraient jouer au héros.Vilain relance, à ma plus grande surprise. Dans la majorité des situations, un raise river sur les low stakes représente une main forte, indépendamment de ce que l'adversaire représente.

Sa range de value est donc composée de pas mal de Qx, les fulls Q7s, Q4s, KQ et 77-44. On pondérera la probabilité qu'il possède ces full avec la cohérence ou non d'un call préflop.

Les mains moyennes type Kx ou 99-TT par exemple auront majoritairement tendance à call au lieu de raise, ce qui polarise sa range à un jeu très fort ou un bluff qui aurait été induit par ma passivité tout au long du coup.

Ma cote du pot est de 5572 à ajouter dans 17716, ce qui veut dire que je dois gagner environ 24%, puisqu'en cas de call gagnant, je récupère un peu plus de 4x mon investissement.

Ma mission est donc d'évaluer avec le plus de précision possible si mon adversaire est capable de bluffer environ 1 fois sur 4. Les bluffs peuvent varier entre tout un tas de 56s joués passivement ou de mains qui ont un chouïa de showdown value mais qui ont compris que j'étais en train de les value bet tout en étant pas bien lourd (en d'autre termes, il est possible que j'ai induce mon adversaire).

Bon ou mauvais call ? Encore une fois, il faudrait connaitre la range de bluff de mon adversaire dans ce spot, où jouer ce même coup 10 000 fois et voir qui gagne de l'argent à la fin de l'année !

À propos de l'auteur : Jonathan Perin, alias Bandecdc, est un joueur passé professionnel de poker en 2016 après une courte carrière dans la finance d'entreprise. Il est spécialisé dans les tournois à petit ou moyen buy-in (de 5€ à 30€). En aout 2016, il rejoint l'équipe de coach de Yohviral.fr et réalise les vidéos de tournois du programme Club Padawan.




Poster un commentaire

Veuillez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir laisser un commentaire

Connexion / Création de compte

Je veux recevoir les tableaux de push/fold