Blog - Comment la structure de paiement influe vos décisions ICM

Par Bandecdc
le 16 mai 2018 à 07:52
Tags : tournois  poker  mtt  icm  gratuit  coaching  bandecdc 

Prise de décision en fonction de l'ICM

À propos de l'auteur : Jonathan Perin, alias Bandecdc, est un joueur passé professionnel de poker en 2016 après une courte carrière dans la finance d'entreprise. Il est spécialisé dans les tournois à petit ou moyen buy-in (de 5€ à 30€). En aout 2016, il rejoint l'équipe de coach de Yohviral.fr et réalise les vidéos de tournois.

Aujourd’hui nous allons parler de l’ICM. L’objectif va être de montrer comment les structures de paiement des différents sites peuvent influer sur votre stratégie d’utilisation de l’ICM lors des fins de tournois. On va voir différents types de paiement et de structure de paiement en commençant  par un cas d’école.

On va commencer par une simulation en cheap cv ( l’ICM ne rentre pas en compte, on est encore 3000 lefts sur 500 payés donc on est très loin de la bulle : 0 ICM à prendre en compte et on va demander à Nash quelle est la range que vous allez pusher.

Situation : le joueur au bouton a 66 blindes et il est cheap leader de la table avec pleins de joueurs qui ont entre 16 et 50 blindes et derrière lui, les blindes qui ont respectivement 10 et 15 blindes. Avec quoi faut-il faire tapis ? La range ici correspond à 37 % des meilleurs mains : elles correspondent peu ou prou aux ranges que vous connaissez tous, les ranges de push normales que j’utilise tout le temps dans les vidéos : la range au bouton est d’à peu près 37 %.  Ce qui nous intéresse essentiellement, ce sont les ranges de call c’est-à-dire avec quoi les Blindes vont nous payer. Là du point de vue de la SB, on va payer avec 22 % des mains ( toutes les paires, As, R s…) et du point de vue de la BB, on va payer avec 32% des mains c’est-à-dire si vous allez J9 s … vous êtes à l’équilibre avec ces mains là, avec une bonne cote du pot et avec une assez bonne main versus sa range qui contient des 86, 96…

Là où ça va devenir intéressant, c’est quand on va passer en ICM EV, ça va changer pas mal de choses. Je vais créer une nouvelle structure de paiement et je vais lui demander de mettre 100 à la gagne, 60 au deuxième, 40 au troisième, 25 au quatrième, 15 au cinquième, 10 au sixième, 8, 7, 6. On est en table finale on est 9 lefts. Le Hero (bouton) push beaucoup plus. De 37 il passe à 48%. Pourquoi a-t-il envie de plus pusher ? Car les autres derrière vont être coincés à call beaucoup moins souvent. La SB tombe à 13 % donc par exemple là il faut folder paire de 5, As 6 s », RJ o : il y a beaucoup plus de fold à faire. Pourtant on est avant-dernier donc ce n’est pas sur nous que s’applique le plus l’ICM. Le résultat aurait été plus parlant si j’avais décidé qu’il ait 500 jetons au lieu de 4000 par exemple. On aurait subi l’ICM encore plus. Du point de vue de la BB, on va payer 27% (43% si le Hero s’est couché et que SB push) si Tapis, Fold avant. Ca ne change pas grand-chose pour la BB qui paie beaucoup. Pourquoi ? Car en tant que dernier on peut se permettre de prendre plus de risques car l’ICM qu’on va subir est inférieur tandis qu’en plus on va profiter du fait que Hero (bouton) push beaucoup plus de mains pour pouvoir call raisonnablement. Donc les ranges de call sont 13 et 27 % respectivement quand on a 15 et 10 blindes selon cette structure de paiement et ces répartitions de stack.

Sur une structure de paiement standard, comment ça varie en fonction des différentes places payées ?

Ce qui est important à comprendre c’est si c’est important de gratter des paliers ou s’il est important de jouer la gagne.

Imaginez une structure de paiement où le simple fait d’arriver en TF vous avez fait le plus gros du job et qu’après vous vous battez pour prendre quelques miettes en plus. Par exemple, vous avez fait un deal à 9 et il reste un petit peu de sous à distribuer, vous êtes sur une table finale d’un club, l’argent a été fait et on joue presque que pour des points. Une structure de paiement moins TOP EV :

1 : 100 ; 2 : 80 ; 3 : 70 ; 4 : 60 ;  5 :55 ; 6 : 50 ; 7 : 45 ; 8 : 40 ; 9 : 35

Beaucoup de choses changent : gratter des paliers est beaucoup plus important pour chacun des short stack et donc en tant que cheapleader, vous pouvez violer la table et faire tapis 83 % des mains ici profitablement. Tandis que depuis la SB vous êtes complètement coincés, vous allez seulement payer 6,6 % des mains : 77, As10s, As Qo. As 9 s, 66 il faut fold !!

Parce qu’à regarder la structure de paiement, chaque place est importante à aller chercher, il y a seulement 12 points à aller chercher entre 9ème  et 1er. Le premier prend seulement 3 fois plus donc c’est très important d’essayer d’avoir un shot pour essayer de faire 7ème ou 6ème donc on va fold beaucoup plus. Même du point de vue de la SB qui va fold un petit peu plus aussi. Ceci est valable pour une structure très progressive. C’est rarement si progressif que ça mais c’est pour vous montrer un cas d’école : on fold beaucoup plus et on va chercher les paliers.

Si Hero fold ( admettons qu’il avait 42o) et qu’on est SB on peut faire tapis 85 % du temps et se faire payer seulement une fois sur trois. Donc le fait qu’il y ait un ICM important, on ne prend pas les risques pour payer les tapis mais on a moins de problèmes à nous-mêmes faire tapis.

Nouvelle structure de paiement sur laquelle il y a beaucoup d’argent à gagner :

Imaginons un tournoi mixte avec 2 places payées pour un EPT à 5000, on prend 6000 si on est premier, 5500 si on est 2ème,  et le 3ème 450 , 4ème 375, 5ème 300, 6ème 250, 7ème 200, 8ème 150 et 9ème 100. Là c’est hyper important de faire 2ème c’est comme un satellite pourtant vous êtes quand même dans les places payées. Ici c’est une situation similaire à la première car il y a très peu d’ICM.

A nouveau la SB se met à payer assez fréquemment.

Plus il y a de l’argent à gagner plus vous voulez jouer la gagne c’est-à-dire plus vous pouvez vous permettre de prendre des risques profitables. Plus les structures de paiement sont progressives, plus c’est important de jouer serré et de gratter des paliers.

Comment fait-on pour évaluer si une structure est TOP EV ou pas ?

Faites le prix du premier divisé par le prix du 9ème (ou 6ème dans la cadre des tables à 6). Et vous regardez combien ça fait. Sur des tournois comme Winamax par exemple, vous trouverez le plus souvent un ratio de l’ordre de 12 fois plus à gagner.

En général vous serez entre 8 et 12. 8 = certaines tables progressives sur Betclic ou PMU tandis que les structures TOP EV vous les trouverez essentiellement sur Winamax.

Les deux ont des avantages et des inconvénients c’est juste qu’il faut connaître les stratégies, savoir que l’ICM a plus ou moins d’importance selon la structure de paiement.

  




Commentaires

lepainkiller le 16/05/2018 à 15:07

très bonne vidéo sa serait très intéressant oui d avoir une vidéo la dessus

tie-break09 le 17/05/2018 à 15:00

Oui pour une vidéo avec encore plus de détails sur l'ICM!!!




Poster un commentaire

Veuillez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir laisser un commentaire

Connexion / Création de compte

Je veux recevoir les tableaux de push/fold